Comment apaiser la rivalité entre frère et sœur ?

Comment apaiser la rivalité entre frère et soeur ?
Si vous avez plusieurs enfants, alors vous êtes un habitué des cris, des disputes et des bagarres. Au sein d’une fratrie, les rivalités semblent presque inévitables. Affrontements à répétions, altercations physiques, jalousie inconsolable : les parents sont épuisés et dépourvus face à ces crises quotidiennes. Pourtant, il n’est pas impossible d’apaiser les tensions et remédier à ces conflits quotidiens.

Lorsque pleuvent les coups, il est temps pour vous de faire entendre votre autorité. Il ne faut pas avoir peur d’établir, déjà quand ils sont tout petits, des règles et des valeurs. Apprenez-leur que la violence est bannie et sévissez quand ce principe n’est pas respecté. Rappelez-leur à chaque fois pourquoi la violence n’est pas une réponse à la colère.

Quand la dispute est moins violente, il peut être intéressant de saisir votre chance et de devenir le médiateur entre vos deux enfants. Lancez une conversation sur les raisons du conflit en cours, laissez chaque parti s’exprimer et essayer de les amener à trouver des solutions ensemble afin de remédier au problème. Attention : il ne faut pas être l’arbitre, c’est-à-dire ne pas juger et choisir un camp.

D’où vient la rivalité fraternelle ?

La rivalité entre frères et sœurs est naturelle et apparaît souvent dès la naissance du second enfant. Le premier obstacle qui se dresse entre les deux est souvent la jalousie. Le premier enfant, jusqu’alors fils ou fille unique, ne supporte pas l’arrivée d’un nouveau membre de la famille et ne comprend pas forcément pourquoi le nouveau-né nécessite autant d’attention de la part de son Papa et de sa Maman. Se sentant délaissé et en soudaine concurrence, l’aîné développera naturellement une certaine résistance envers son petit frère ou sa petite sœur. Il s’agit souvent d’une période compliquée pour les parents, qui doivent gérer la charge d’un nouvel enfant et le changement de comportement du premier, qui se traduit généralement par des caprices et des bêtises pour attirer l’attention.

Lili se dispute avec son frère
Si la jalousie s’atténue parfois au fil des années, elle ne meurt cependant jamais, notamment quand les enfants ont peu de différence d’âge (moins de 3 ans). Il n’est pas rare que les frères et sœurs développent un système de compétition tacite entre eux : c’est la course à celui que Papa et Maman aimeront le plus. Quand rien n’est fait pour apaiser ces tensions, la jalousie persiste jusqu’à l’adolescence et la vie adulte. Vos enfants comparent alors leurs vies sociales, leurs résultats scolaires, leurs apparences, etc…

Néanmoins, il se peut aussi que la rivalité entre vos enfants est simplement due à des personnalités incompatibles. Des caractères très différents ont parfois du mal à grandir en harmonie. Souvent, le fossé se dresse entre personnalités réservées et personnalités excentriques : deux enfants aux tempéraments trop différents font rarement bon ménage. Dans ce cas, il est plus délicat de réconcilier la fratrie. Vos enfants manquent tout simplement d’affinités.

Les dangers des conflits entre frères et sœurs

Si cette rivalité entre frères et sœurs est souvent naturelle et bégnine, il se peut néanmoins qu’elle devienne dangereuse si elle n’est pas canalisée. Parfois aveuglés par la jalousie ou la haine, vos enfants peuvent se montrer affreusement violents entre eux dans le seul but de faire mal à l’autre. Quand la situation a atteint un tel niveau de brutalité, il est nécessaire et urgent d’agir.

Altercation physique entre frères
En effet, en plus d’être sources de blessures physiques, ces altercations constantes empoisonnent l’ambiance de la maison et pèsent lourd sur les autres membres de la famille. Cris, pleurs, insultes : l’environnement familial devient électrique, voire nocif. Les parents sont épuisés, leurs nerfs sont à fleur de peau et il leur est difficile de garder leur calme. Pourtant, perdre patience n’est jamais la bonne solution. Le risque est de voir se dessiner une spirale de tensions qui n’en finit plus.

En outre, nous pensons rarement aux effets que ces rivalités ont sur les enfants eux-mêmes. Pourtant, une rivalité fraternelle trop forte peut entraîner chez chacun des enfants des troubles psychologiques sévères. Beaucoup de personnes portent avec eux le poids d’une relation compliquée avec son frère ou sa sœur et cela se traduit souvent par un fort complexe d’infériorité, une tendance agressive ou bien une obsession de la compétition.

Les dangers des conflits entre frères et sœurs

Tout d’abord, il est important de garder en tête qu’il ne faut pas intervenir à chaque dispute entre vos enfants. Comme nous l’avons dit précédemment, certains conflits sont naturels, voire indispensables à la vie en famille. Il faut parfois faire la sourde oreille et ne pas se mêler des affaires de vos enfants.

Néanmoins, quand votre intervention est nécessaire (bagarres physiques, insultes, injustice, etc.), il est nécessaire de séparer vos enfants. En effet, le meilleur moyen d’arrêter un conflit trop véhément est d’envoyer chacun des enfants dans leurs chambres. S’il partage une chambre, choisissez deux autres pièces de la maison afin de les isoler. Demandez-leur de s’ignorer, le temps que la tempête se calme.

Lorsque pleuvent les coups, il est temps pour vous de faire entendre votre autorité. Il ne faut pas avoir peur d’établir, déjà quand ils sont tout petits, des règles et des valeurs. Apprenez-leur que la violence est bannie et sévissez quand ce principe n’est pas respecté. Rappelez-leur à chaque fois pourquoi la violence n’est pas une réponse à la colère.

Quand la dispute est moins violente, il peut être intéressant de saisir votre chance et de devenir le médiateur entre vos deux enfants. Lancez une conversation sur les raisons du conflit en cours, laissez chaque parti s’exprimer et essayer de les amener à trouver des solutions ensemble afin de remédier au problème. Attention : il ne faut pas être l’arbitre, c’est-à-dire ne pas juger et choisir un camp.

Devenir le médiateur entre ses enfants

Enfin, il est important que vous et votre partenaire soient en accord sur la façon d’éduquer vos enfants. Si vous vous disputez devant les enfants, il n’est pas étonnant que ces derniers reproduisent ce moyen peu convenable de communiquer. En outre, lorsque vous tentez de régler un conflit, vos discours doivent être cohérents. Si vous vous contredisez devant vos enfants, vous perdez toute crédibilité et toute autorité. Définissez la bonne attitude à prendre au préalable, entre vous. 

Comment prévenir les conflits entre frères et sœurs ?

L’idéal est de ne pas laisser s’envenimer la relation entre vos enfants. Afin de prévenir ces tensions et les éviter, il est nécessaire d’adopter une pédagogie positive et juste. Voici une liste des grands principes à ne pas oublier afin d’apaiser la rivalité fraternelle :

  • Equité plus qu’égalité : Il est contre-productif de vouloir à tout prix donner la même chose à ses enfants. Ils sont différents à plusieurs niveaux : l’âge, la personnalité, les capacités, le comportement, etc. Vous devez donc tout adapter en fonction de ces critères, mais également de leur propre volonté. N’hésitez pas à demander à vos enfants ce qu’ils souhaitent et à trouver des compromis quand leur réponse n’est pas réalisable.
  • Des moments en tête-à-tête : Pour qu’un enfant ne se sente pas délaissé, il faut que vous passiez du temps avec lui, individuellement. Profitez d’un moment privilégié avec chacun d’entre eux et instaurez une relation de confiance afin qu’il puisse se confier à vous sur ses sentiments, ses ressentis, ses craintes, etc. Comprendre chaque enfant permet de mieux répondre aux attentes de chacun.  
  • Les étiquettes à la poubelle : Placer des étiquettes sur vos enfants est néfaste et réducteur. Vous les enfermez dans un rôle qu’ils pensent devoir tenir toute leur vie. En leur disant, « Toi, tu es la réservée. », « Toi, tu es le gourmand. », « Toi, tu es la dynamique », vous leur faîtes croire qu’ils ne sont rien de plus que cela à vos yeux. Bannissez cette habitude !
  • Non aux comparaisons : Le livre Frères et sœurs sans rivalité de Adèle Faber et Elaine Mazlich, aux Editions du Phare, l’explique parfaitement : les comparaisons créent une animosité et un esprit de compétition entre les enfants. Pour ne pas les dévaloriser, évitez de les comparer entre eux et prenez-garde à la comparaison inconsciente. Le site Aleteia est de bon conseil : lorsque vous souhaitez féliciter et complimenter un enfant, prenez-le à part afin d’éviter toute mauvaise interprétation de vos paroles par celui qui n’est pas concerné.
Harmonie entre frères et soeurs

Vous en savez désormais davantage sur la rivalité entre frères et sœurs et comment l’apaiser ! Si les conflits vous semblent impossibles à résoudre, nous vous conseillons également d’essayer de tisser des liens entre vos enfants grâce à des activités édifiantes qui nécessitent de l’entraide (acrobranche, camper en forêt, escape game, géocaching, etc.). Bonne chance à vous !

L'équipe Bookinou

Pour en savoir plus sur nous : MyBookinou.com

Qui sommes nous ?

L’équipe Bookinou a à cœur le bien-être des enfants. Nous avons créé, rien que pour eux, un compagnon de lecture audio ludique et interactif. Enregistrez leurs histoires préférées avec votre voix puis customisez-les : vos petits pourront les écouter à l’infini ! Découvrez-en plus ici.

Les articles les plus lus

Contacts